Le 11 septembre nous rappelle de porter les fardeaux les uns des autres

Le 11 septembre nous rappelle de porter les fardeaux les uns des autres

« Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ. » (Galates 6.2)

Une perte aussi horrible que celle survenue le 11 septembre nous rappelle en permanence qu’il nous est impossible de faire face tous seuls aux tragédies de la vie. En réalité, Dieu nous a créés pour dépendre les uns des autres. Ainsi, nous devons aider nos frères et sœurs à porter les lourds fardeaux de la vie telle qu’une perte terrible, une circonstance écrasante ou un diagnostique douleureux.

Selon Paul dans Galates 6 :2, le soutien mutuel, en ce qui nous concerne, doit dépasser le simple sentiment d’empathie. Nous devons entièrement donner de nous-même pendant que nous aidons les autres à faire face aux fardeaux menaçant de les accabler et de les anéantir. Au fait, Paul voulait ainsi dire que la charge nécessitant notre intervention a toujours un poids aussi écrasant que celui de la croix que portait Jésus sur le chemin pénible du Calvaire (Jean 19 :17).

A l’instar de Simon de Cyrène, qui épaula la croix de bois avec Jésus (Marc 15 :21), nous devons venir en aide à nos amis, même si cela nous oblige à porter leurs fardeaux pour un temps. Il s’agit-là, selon Martin Luther, de la loi de l’amour mutuel qui nous appelle à affronter ensemble les défis de la vie, en tant qu’une communauté des croyants ( Galates 6 :2).

Nous sommes, de ce fait, tenus d’enseigner aux membres de nos congrégations qu’ils accomplissent, en réalité, « la loi de Christ » à travers leurs actes d’amour et le soutien mutuel. Votre congrégation s’assainira et croîtra au fur et à mesure que ses membres s’entreaident à surmonter les difficultés d’ordre domestique, conjugal, professionnel ou sanitaire.

A l’ombre du 11 septembre, le besoin de nous serrer les coudes pour faire face à toute tragédie apparaît plus clairement. Ainsi, pendant que nous bâtissons nos vies sur la promesse de notre Père, qui ne nous délaissera pas et ne nous abandonnera pas ( Deutéronome 31 :6), nous devons faire et tenir cette même promesse à l’endroit de nos familles et amis.

Voici quelques principes fondamentaux pouvant aider les membres de votre congrégation à affronter ensemble les difficultés :

  • Ouvrez vos cœurs à Dieu : Dans une situation de crise, nous sommes assaillis par tout genre d’émotions, à savoir, la peur, la colère, l’angoisse, la dépression, le ressentiment, et l’impuissance. Les petits groupes constituant nos congrégations peuvent, en effet, servir de cadre idoine pendant que nous déversons nos cœurs devant Dieu (Psaume 62 :8) et les uns aux autres. « L’Eternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, et Il sauve ceux qui ont l’esprit dans l’abattement (Psaume 34 : 18). » Jésus dit : « Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés (Matthieu 5 :3). »
  • Aidez ceux qui sont dans la tristesse : Ne permettez pas à un membre appartenant à l‘un desdits groupes de s’isoler lorsqu’il traverse des moments difficiles. Apportez-lui votre soutien et vos encouragements, et soyez tout près de lui. (Proverbes 18 :24)
  • Rendez grâce ensemble : Encouragez-vous, les uns les autres, à éviter tout sentiment d’amertume (Hébreux 12 :15), tout en vous souvenant d’être reconnaisant et de vous concentrer sur ce que vous pouvez recupérer et non ce que vous avez perdu.
  • Recherchez les vraies valeurs : Les situations de crise nous permettent souvent de clarifier nos valeurs en nous révélant ce qui importe réellement. Jésus nous a dit : « …la vie d’un homme ne dépend pas de ce qu’il possède (Luc 12 :15 (b)). »
  • Dépendez de Jésus : Permettez à Jésus de vous apporter la stabilité dans vos moments difficiles. Dieu veille sur le bien être de ses enfants de manière constante ; Il nous aide à faire face aux mauvaises nouvelles. (Psaumes 112 : 6-7)
  • Recherchez la direction de Dieu : « Je connais, moi, les desseins que je forme à votre sujet, - oracle de l’Eternel – desseins de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir fait d’espérance. » (Jérémie 29 :11)
  • Faîtes confiance à la main de Dieu : « Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui se trouve toujours dans la détresse . » (Psaume 46 :2)

Enseignons aux membres de nos congrégations de s’identifier aux peines et difficultés des autres, à apporter à ceux-ci de l’aide palpable et des encouragements constants ; car ils peuvent un jour se retrouver dans des situation semblables.

En nous serrant les coudes, nous pouvons affirmer avec confiance que, « …nous avons été accablés à l’extrême, au-delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie. Mais nous, en nous-même, nous avions accepté notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais en Dieu qui ressuscite les morts. C’est Lui qui nous a délivrés et nous délivrera d’une telle mort. Oui nous espérons qu’Il nous délivrera encore (2 Corinthiens 1 : 8(b)-10 ). »



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire