Dieu doit prendre le relais

Sommaire
Dieu doit prendre le relais

Salut Mon ami(e),

Je te l’ai dit hier : nous ne pouvons sauver personne. On doit vraiment comprendre cela. Si on ne comprend pas ce principe, on sera comme un éléphant qui toute sa vie essaie de pondre un oeuf. Il aura beau forcer, il aura beau pousser, il pourra étudier les ovipares pour comprendre leur fonctionnement, il ne réussira jamais à pondre un oeuf.

La vie avec Christ est une symbiose entre des choses naturelles et des choses surnaturelles. Le premier mandat de l’Église est d’annoncer la bonne nouvelle à toute la création. Et lorsqu’on veut obéir à Dieu, il peut être facile de tomber dans l’activisme en s’appuyant sur nos propres efforts. Ne t’est-il jamais arrivé de penser : « J’ai fait beaucoup d’efforts pour évangéliser cette personne, elle sera certainement sauvée », ou au contraire : « Je n’ai pas évangélisé ce mois-ci alors personne ne sera sauvé ». Ce genre de raisonnement montre que nous nous basons beaucoup sur nos efforts personnels.

L’apôtre Paul travaillait de toutes ses forces pour amener les pécheurs au salut. Il faisait largement sa part. Mais il savait aussi que tous ses efforts ne serviraient de rien si Dieu ne prenait pas le relais. Il enseignait que cela ne vient pas des hommes, mais de Dieu. C’est aussi ce que Jésus a dit. C’est cela, il faut que Dieu prenne le relais de nos efforts. Aimer, prier, « aller » et imposer nos mains sur les malades, toutes ces choses font partie de ce que l’on doit faire vis à vis des perdus. C’est notre part. Mais tout comme l’éléphant, nous ne pourrons jamais pondre un oeuf. Ce n’est pas dans nos capacités. Nous ne pourrons jamais sauver quelqu’un. Seul Christ peut le faire.

Nous aurons des efforts à faire pour répondre au mandat « d’aller », mais ces efforts seront vains si nous ne laissons pas Dieu prendre le relais et faire ce que nous ne pourrons jamais faire. Nous ne devons pas baser nos attentes sur nos efforts, même si nous en faisons, mais sur Dieu qui a la puissance de faire croître. Il est le seul qui puisse le faire. C’est pourquoi nous devons augmenter notre confiance en Dieu. Nous devons baser notre annonce de l’Évangile sur la puissance de Dieu, et non sur nos belles performances.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Vous aimeriez acheter le livre de Jérémy Sourdril "365 jours au coeur du monde" ? C'est possible en cliquant sur ce lien

0 commentaire