Dépasser les préjugés

Sommaire
Dépasser les préjugés

Bonjour Mon ami(e),

"Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé."
(Actes 10.15)

Nous sommes, ici, dans un contexte imminent missionnaire. Pierre est invité par le Saint-Esprit à dépasser les préjugés religieux qui lui interdisent d’entrer chez des païens. Pour pouvoir entrer dans un service missionnaire, il est capital de se débarrasser de toute forme d’ethnocentrisme, (pardon pour ce mot barbare). Voici ce qu’il signifie : L’ethnocentrisme est à une société ce que l’égocentrisme est à un individu. C’est donc considérer notre culture comme étant la meilleure. Il y a dans l’ethnocentrisme une notion de supériorité, de suffisance, de refus, et même de mépris de l’autre culture.

Dieu invite Pierre à ne pas considérer sa tradition religieuse, imprégnée par les lois du judaïsme, comme étant supérieure à la culture romaine du centenier Corneille.

Voici quelques formes de préjugés ethnocentriques qu’il nous faut dépasser pour pouvoir commencer un travail missionnaire :

Ethnocentrisme religieux : Ma pratique religieuse est la meilleure.
Ethnocentrisme technologique : Nous avons des réponses à tous les problèmes.
Ethnocentrisme éducationnel : Notre système scolaire est supérieur au leur.
Ethnocentrisme linguistique : Notre langue est plus riche, plus noble.
Ethnocentrisme agraire : Notre manière de cultiver est plus efficace, plus rentable.
Ethnocentrisme médicinal : Nos pratiques médicales sont supérieures.

Vous pouvez imaginer bien d’autres formes de préjugés qui représentent autant d’obstacles à l’œuvre missionnaire. Il existe une autre forme d’ethnocentrisme qu’il faut rappeler, c’est : l’ethnocentrisme inverti. C’est une forme négative d’ethnocentrisme, consistant à déprécier en toutes choses, et continuellement, sa propre culture. Une telle attitude n’est pas propre à un comportement équilibré.

Le problème majeur que pose l’ethnocentrisme lorsqu’on veut travailler en mission, c’est qu’il est un frein à une bonne et réelle  adaptation. En effet si seule votre nourriture est valable, et que vous ne puissiez envisager de vous nourrir autrement, comment vous intégrer ? Si vous voulez imposer à ceux chez qui vous allez, votre manière de vivre, vous finirez par rester seul. Si vous voulez fixer vos propres critères d’éthique comme un modèle à suivre, vous ferez le vide autour de vous. Plus vous voudrez maintenir, avec insistance, les normes de votre culture, plus vous creuserez un fossé entre vous et les personnes que vous voulez amener à Christ.

Pour atteindre la samaritaine, Jésus a franchi plusieurs barrières culturelles en commençant par dire : "Donne-moi à boire" (Jean 4.7). Il a montré qu’il avait besoin d’elle. Il ne s’est pas placé comme étant supérieur, mais inférieur.

Un conseil pour ce jour :
Sachons découvrir les valeurs qui sont aussi chez ceux que nous voulons amener à Christ. Pierre déclare chez Corneille : "En toute nation (ethnie), celui qui craint Dieu et pratique la justice, lui est agréable" (Actes 10.35).

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire