Évangélisation et mission

Sommaire
Évangélisation et mission

Bonjour Mon ami(e),

"Lorsqu’ils entendirent qu’il leur parlait en langue hébraïque, ils redoublèrent de silence." (Actes 22.2)

Nous assistons, ici, à un aspect très intéressant au sujet de la communication de l’Évangile, qui nous permet de définir la différence qu’il y a entre évangélisation et mission.

Pour faire court, nous dirons que l’évangélisation est le partage de l’Évangile avec un groupe de personnes culturellement proches de celui qui évangélise. La mission est l’évangélisation d’un groupe de personnes culturellement éloigné de celui qui évangélise. La mission est l’évangélisation transculturelle.
L’un des paramètres d’une culture, c’est la langue.

La langue représente l’un des obstacles majeurs pour la communication de l’Évangile. Des mots que l’on pourrait croire identiques n’ont pas le même sens d’une culture à l’autre. Par exemple, le mot  "Dieu" ne signifie pas la même chose dans l’esprit d’un hindouiste ou d’un occidental. Il en est de même de bien d’autres concepts comme "le salut", la "résurrection", ou "vie éternelle". Par exemple, pour un bouddhiste "la vie éternelle" n’est pas forcément une bénédiction car l’âme transmigre éternellement de réincarnation en réincarnation. Ce n’est pas une bénédiction que l’on espère mais une condition qu’il faut supporter. Lorsqu’on dit à un hindouiste que Jésus est venu pour lui donner la vie éternelle, cela n’a pas le même sens pour celui qui le dit que pour celui qui l’entend. 

Les mots "vigne", "agneau" ne signifient rien pour un eskimo. Or, ce sont des mots courants dans la Bible. Certains concepts comme la "patience" n’existent pas dans certaines cultures. La sémantique des mots n’est pas la même d’une langue à l’autre. Le verbe aimer en français peut être traduit par deux ou trois ou même quatre mots selon les cultures. On n’emploiera pas le même verbe pour l’appliquer aux animaux ou aux choses ou aux personnes ou à la nourriture…

Selon les cultures certaines formes de communication sont mieux considérées que d’autres. Certaines considèrent que le chant est le meilleur vecteur de communication, d’autres la parole, d’autres l’écrit… Un missionnaire qui avait amené à la foi un jeune homme d’une certaine tribu, se désespérait de voir que ce jeune homme ne témoignait à personne. Cette tribu avait pour coutume une fois par an de faire un concours de chants. Tous les thèmes y étaient admis et on écoutait jusqu’au bout les chanteurs. Le jeune homme concourut en chantant tout le thème de l’Évangile. Tous écoutèrent attentivement. Dans les jours et les semaines qui suivirent, un grand nombre de gens se convertirent. Ce jeune homme avait utilisé le meilleur des vecteurs de communication pour cette tribu. Son témoignage porta du fruit. Il a su attendre le jour où la communication par le chant était très estimée.

Ma prière en ce jour :
Seigneur, je te prie pour que tu aides ceux qui sont en mission à trouver les meilleurs moyens pour communiquer l’Évangile. Amen !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire