Encourager, conseiller, aider…

Sommaire
Encourager, conseiller, aider…

Bonjour Mon ami(e) !

Vous vous doutez que si les gens recherchent de l’aide, c’est qu’ils sont aux prises avec un ou des problèmes qui leur semblent insurmontables. Souvent, ils ont épuisé toutes leurs ressources personnelles et se retrouvent sans moyen. En fait, ils n’arrivent pas, par eux-mêmes, à dénouer la situation qui les trouble.

Évidemment, quand nous aidons les gens, nous n’avons pas la science infuse. Mais Dieu nous donne des dons, des talents et des capacités que nous mettons au service des personnes en besoin. De plus, un bon conseiller a compris qu’il faut qu’il soit formé. Bien entendu, la plupart des gens se donnent des conseils les uns les autres. C’est la sagesse populaire appliquée aux problèmes de la vie de tous les jours. Mais, en relation d’aide, les problèmes se situent à un niveau supérieur et plus complexe. Dans ces moments, ceux qui veulent aider ont besoin d’acquérir des connaissances et de développer leurs compétences. Voilà pourquoi, j’ai mis sur pied une formation dont je vous parlerai plus tard.

L’aide apportée peut prendre différentes formes comme le mentionne la définition que je vous ai partagée il y a quelques jours. Parfois, cela signifie encourager et en d’autres occasions, conseiller et aider.

L’encouragement n’est pas à sous-estimer. Laissez-moi vous en parler davantage. Le cœur humain est un peu comme un moteur (le cœur physique est un peu comme une pompe). Le cœur est le siège des émotions, des sentiments et de la vie affective. Vous connaissez peut-être l’expression suivante : « quand le cœur va. Tout va ! » Mais vous serez d’accord que lorsque le cœur ne va plus, rien ne va plus. Le cœur, tout comme un moteur, a besoin de carburant pour fonctionner. Ce carburant est le courage. Le dictionnaire définit le courage comme une force de caractère, la fermeté d’âme devant le danger, la souffrance physique ou morale. Lorsqu’une personne est découragée, c’est comme si elle était en pénurie de carburant.

Lorsque nous encourageons quelqu’un, c’est comme si nous l’approvisionnons en courage. Nous l’avons encouragé, c’est-à-dire donner du courage. Nous avons fait le plein de carburant et la personne peut repartir à nouveau.  

Voici ce que disait un des amis de Job (Éliphaz) en essayant d’encourager Job au sein de sa détresse :

« Voici, tu as souvent enseigné les autres, tu as fortifié les mains languissantes, tes paroles ont relevé ceux qui chancelaient, tu as affermi les genoux qui pliaient. » Job 4:3-4

Ce sont des paroles d’encouragement qui relèvent ceux qui chancellent et affermissent ceux qui se sentent défaillir.

Ce monde a désespérément besoin d’encouragement. Avec toutes les mauvaises nouvelles que nous mitraillent les médias, n’hésitons pas à encourager par des mots et des gestes. Ne soyez pas avares de paroles qui bénissent !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire