Le sage écoute…

Sommaire
Le sage écoute…

Bonjour Mon ami(e) !
 

Vous vous rappelez la définition que je vous ai donnée de la relation d’aide il y a quelques jours. Permettez-moi de vous la répéter.

« La relation d’aide se définit comme étant une relation entre deux personnes ou plus parmi lesquelles, une (le conseiller ou l'aidant) cherche à encourager, conseiller ou aider une (l'aidée) ou plusieurs personnes à faire face et à triompher de ses problèmes » Gary Collins

J’ai beaucoup insisté sur la question et la qualité de la relation, entre un aidant et la personne aidée. J’y reviendrai ultérieurement. Évidemment, il n’y a pas que la relation. Mais, celle-ci prépare le terrain pour ce qui va suivre.

Lors que la confiance et le respect sont bien installés, la personne va commencer à s’ouvrir sur ce qu’elle vit. Elle va partager ses angoisses, raconter ses déboires et ses difficultés ou les épreuves qu’elle a vécues. En fait, elle va raconter son histoire. Cette histoire est importante parce qu’elle constitue le matériel avec lequel nous allons travailler. Un bon aidant est un bon interviewer. Il a développé la capacité de faire parler la personne. La clé d’un bon entretien consiste à créer un espace ou la personne pourra s’exprimer en toute liberté et… confiance.

Pour que la personne puisse ainsi se livrer, il faut savoir écouter plus que de parler. Avec sagesse et justesse, le livre des proverbes nous enseigne beaucoup sur l’écoute.

« Que le sage écoute, et il augmentera son savoir, et celui qui est intelligent acquerra de l'habileté… » Prov. 1:5

Par l’écoute, nous avons accès à l’information nécessaire pour bien conseiller ou bien guider la personne. Plus nous avons d’informations, plus nous serons à même de comprendre la personne. Voilà qui requiert de la patience. Cette patience n’est pas inutile. Elle nous donne le temps nécessaire pour cerner la personne.

Beaucoup de croyants ont de la difficulté à écouter. Ce sont des gens de la Parole, mais aussi des paroles. Parce que nos églises mettent beaucoup d’emphase sur l’évangélisation et le témoignage, nous sommes presque conditionnés à parler plus qu’à écouter. Mais souvent, cela constitue une erreur. L’abondance de nos paroles devient une forme d’intrusion et un manque de sensibilité.

Prenez le temps d’écouter ! Vous découvrirez ainsi la richesse que constitue l’histoire de la personne. Vous établirez ainsi une connexion avec elle qui vous permettra ultérieurement de lui donner des conseils appropriés.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire