À quoi bon pratiquer la justice ?

Sommaire
À quoi bon pratiquer la justice ?

Bonjour Mon ami(e),

“En vain j’ai purifié mon cœur… ” (Psaumes 73.13).

Voici la déclaration faite par un homme de Dieu, complètement déçu et désabusé. Il se demande à quoi cela lui a servi de vivre en cherchant à être juste.
Cette question, un jour ou l’autre chaque croyant se la pose, surtout quand il voit, comme Asaph, la prospérité des méchants, des violents, des malfrats. Dans le psaume 73, Asaph considère, avec amertume, que la pratique de la justice n’a pas été payante !

Peut-être que vous passez, comme Asaph, par une période difficile et que vous considérez que la cuirasse de la justice ne vous est pas d’un grand secours. Les croyants à qui est adressée l’épître aux Hébreux sont encouragés à considérer que Dieu n’est pas injuste, même si leur dévouement, leur pratique des œuvres justes n’ont pas été remarqués et reconnus. Ils en sont, comme Asaph, à se demander “À quoi bon pratiquer ce qui est juste ? À quoi bon accomplir les desseins de Dieu si c’est pour connaître le rejet, l’oubli, le mépris ou même la persécution ?” Alors l’auteur de l’épître leur dit : “Dieu n’est pas injuste pour oublier votre travail… ” (Hébreux 6.10). Votre travail sera un jour récompensé !

Comme Asaph, vous servez Dieu, vous marchez dans la justice et, vous récoltez des épreuves, des douleurs, des tribulations. N’oubliez pas que Dieu est juste, et que votre récompense sera grande dans les cieux : “Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous” (Matthieu 5.12).
C’est ce regard vers les réalités éternelles qui a ramené la sérénité dans le cœur d’Asaph : “…Puis tu me recevras dans la gloire… ” (Psaume 73.24). Un de nos vieux cantiques disait : “Frère quand ton âme est lassée, pense au royaume des cieux… ”

Si tu te demandes “À quoi bon marcher dans les sentiers de la justice si c’est pour connaître l’épreuve, la maladie, la prison, la tribulation ?” Alors comme David dans le Psaume 23 proclame que même si le sentier de la justice passe par la vallée de la mort, ce sentier te conduit vers la demeure éternelle de Dieu : “J’habiterai pour toujours dans la maison de Dieu”.
 Alors que le prophète Amos demandait à Israël de se préparer à la rencontre de Dieu (Amos 4.12), le prophète Michée indiquait comment s’y préparer “On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien ; et ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice… ” (Michée 6.8).

Un rappel pour ce jour :

Souvenez-vous que la pratique de la justice découle de la vie de Christ en nous. En fait notre justice est celle dont Jésus nous revêt. Revêtus de sa justice nous entrons dans la vie éternelle.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire