Bergers selon le cœur de Dieu

Sommaire
Bergers selon le cœur de Dieu

Bonjour Mon ami(e),

“Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis” (Jean 10.11) ; (Jean 10.13/14).

L’une des métaphores, souvent utilisée par le prophète Jérémie, pour désigner les chefs de tribu, les chefs de famille, les responsables politiques et religieux, c’est celle des bergers. Cette image est chargée de sens lorsque nous la plaçons dans le contexte du Nouveau Testament. En effet, Jésus lui-même se désigne comme étant le bon berger.
L’apôtre Pierre reprend cette image en l’appliquant à Jésus dans 1 Pierre 2.25 et dans (1 Pierre 5.4) : “Et lorsque le souverain berger paraîtra… ».
L’auteur de l’épître aux Hébreux en fait autant : “Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts le grand berger des brebis, notre Seigneur Jésus-Christ…” (Hébreux 13.20).
Nous ne pourrons jamais trouver de meilleur berger que Lui. Tout croyant, quel qu’il soit et quel que soit son ministère ou son appel, ne sera jamais autre chose qu’une brebis du Seigneur.

Dans le Nouveau Testament, nous ne voyons aucun serviteur du Seigneur, être désigné sous les titres de “pasteur ou berger”. Ce titre est réservé au Seigneur. Cette absence souligne qu’il n’y a qu’un seul berger pour l’ensemble des brebis. Jésus seul est le bon berger.
Cependant, si personne, hormis Jésus, ne porte le titre de pasteur ou berger, nous pouvons remarquer que les fonctions de berger sont appliquées à des serviteurs du Seigneur dans le Nouveau Testament. Les deux fonctions essentielles étant de paître et de protéger les brebis, voici ce qui est écrit au sujet de la fonction des anciens : “Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang” (Actes 20.28). Lorsque Pierre s’adresse aux anciens, (lui ancien comme eux) on retrouve cette description de la fonction des anciens : “Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde … en étant les modèles du troupeau” (1 Pierre 5.2/3).

Nous pouvons observer que ce service de berger est rempli par ceux qui sont nommés “anciens”. Or ces “mystérieux anciens” dont nous ne connaissons pas leurs noms, avaient pour fonction de garder et de paître le troupeau, tout cela dans la collégialité (car ils sont toujours mentionnés au pluriel) mais également dans l’humilité, car leur nom n’est jamais mentionné.
Pour faire croître son Église, Jésus cherche des “anciens, évêques, bergers, pasteurs” (termes désignant les mêmes personnes dans le Nouveau Testament) qui soient disponibles, et humbles, aimant les brebis, n’exerçant pas une domination autoritaire sur elles, mais donnant leur vie pour elles.

Ma prière en ce jour :

Seigneur que ceux qui exercent un ministère le fassent avec les dispositions de cœur qui étaient les tiennes : humilité, douceur, et don de soi, afin que l’autorité qu’ils exercent soit en bénédiction aux Églises. Amen !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire