Dimensions de la grâce : Le don céleste

Sommaire
Dimensions de la grâce : Le don céleste

Bonjour Mon ami(e),

Qui ont goûté au don céleste…” (Hébreux 6.4/5).

L’auteur de l’épître indique que le deuxième bénéfice de la grâce de Dieu dans la vie des croyants, c’est d’avoir goûté au don céleste.

Vous remarquerez que le verbe employé fait référence à l’un de nos cinq sens : le goût. L’auteur applique ce verbe aux deux grâces qui terminent ce verset, et sur lesquelles nous reviendrons. L’apôtre Pierre utilise aussi ce verbe : “si vous avez goûté que le Seigneur est bon” (1 Pierre 2.3). Il y a dans la manifestation de la grâce de Dieu une dimension expérimentale. On goûte ! L’apôtre Jean souligne cette réalité expérimentale en mentionnant trois de nos sens : “Ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu…ce que nos mains ont touché… nous vous l’annonçons” (1 Jean 1.1/3).

Le croyant vit une expérience qui laisse des traces dans sa vie.
Avez-vous goûté, un jour, un plat que vous ne connaissiez pas, et qui vous a laissé un souvenir agréable ? Si oui, lorsque vous évoquez ce souvenir l’eau ne vous vient-elle pas à la bouche ? Cette expérience reste gravée au plus profond de votre être. C’est ce que l’apôtre rappelle ici. Le croyant n’est pas simplement quelqu’un qui vit sa foi d’une manière intellectuelle, rationnelle, théorique, il a goûté, au plus profond de sa chair et de son âme, à la bonté de Dieu. Le don céleste n’est pas une recette de cuisine dans un livre, mais il l’a goûté !

Mais quel est donc ce don céleste, ce cadeau qui vient du ciel ? En parlant avec la samaritaine, Jésus laisse entendre qu’il est ce don du ciel : “Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! Tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive” (Jean 4.10).
C’est aussi ce que dit, ce verset central de l’Évangile : “Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils… ” (Jean 3.16). Jésus est ce don suprême venu du ciel : “… Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous” (Jean 3.31).

Dieu est celui qui veut nous faire goûter à la saveur irremplaçable, incomparable, de ce don céleste. L’apôtre Jacques le rappelle en ces mots : “Toute grâce excellente et tout don parfait viennent d’en haut du Père des lumières… ” (Jacques 1.17).

Un conseil pour ce jour :

Si vous n’avez pas encore goûté à ce don parfait et excellent, venez à Jésus et rassasiez-vous de sa bonté ; si vous avez goûté à sa grâce, souvenez-vous que ses bontés ne sont pas épuisées, elles se renouvellent chaque matin (Lamentations 3.23).

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire