Églises et bergers

Sommaire
Églises et bergers

Bonjour Mon ami(e),

“Voyant la foule, Jésus fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis sans berger.” (Matthieu 9 :36)

Il ne manquait pas de responsables religieux du temps de Jésus, cependant il voit la foule comme si elle n’avait pas de bergers. On peut se poser la question de savoir si parfois certains croyants ne sont pas comme cette foule, se sentant sans berger ? Ésaïe décrit une telle situation : “Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie” (Ésaïe 53.6).

Dans cette situation il est question de brebis livrées à elles-mêmes, soit parce que les bergers ne veillent pas sur elles et ne remplissent pas leur service, soit parce qu’elles suivent leur propre voie en refusant la direction d’un berger qui ne les satisfait pas. De tout temps, il y a eu dans les Églises ces situations de carences, alors les brebis suivent leur propre voie.

Le prophète Jérémie dénonçait, déjà de son temps, les bergers qui détruisent et dispersent : “Malheur aux bergers qui détruisent et dispersent le troupeau de mon pâturage… Vous avez dispersé mes brebis, vous les avez chassées, vous n’en avez pas pris soin…” (Jérémie 23 :1/2). Le prophète Ézéchiel ajoute : “Malheur aux bergers d’Israël, qui se paissaient eux-mêmes ! Les bergers ne devaient-ils pas paître le troupeau ? Vous avez mangé la graisse, vous vous êtes vêtus avec la laine… Elles se sont dispersées…” (Ézéchiel 34 :1/10).

Cette situation de dispersion provient de divers disfonctionnements au niveau des bergers, comme le soulignent les deux prophètes Jérémie et Ézéchiel. Soulignons des abus d’autorité : “Vous les avez chassées…”. Ajoutons l’égoïsme et la recherche d’intérêts personnels des bergers : “Vous avez mangé la graisse…vous vous êtes revêtus de la laine…”. On peut y ajouter que certains sont plus attachés à leurs idées personnelles qu’à la Parole de Dieu, ils prennent leurs pensées pour la pensée de Dieu, mais ils sont habiles pour séduire certaines brebis. C’est ce que Jésus lui-même dénonçait : “Les faux prophètes viennent en vêtements de brebis pour essayer de détourner le troupeau” (Matthieu 7.15).

On peut ajouter que le fait qu’il n’y ait pas qu’un seul berger, unique décisionnaire et responsable, au niveau des Églises locales, peut l’amener à tomber dans l’un ou l’autre de ces travers. La collégialité, à l’inverse, peut être une forme de garantie pour la sécurité des brebis.
Dans les Églises néotestamentaires, il y avait plusieurs bergers, ces bergers étaient les anciens. Ils devaient, collégialement, prendre soin du troupeau comme le rappellent les apôtres Paul et Pierre (Actes 20 :28 et 1 Pierre 5 :2).

Ma prière en ce jour :

Les Églises ont besoin de bergers qui conduisent, gardent, guident, protègent, défendent, nourrissent le troupeau. Des bergers qui soient prêts à exposer leur vie pour le bien de chacune des brebis. Seigneur donne aux Églises de tels bergers. Amen !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire