Ivresse

Sommaire
Ivresse

Bonjour Mon ami(e),

“Ne vous enivrez pas de vin: c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit.” (Éphésiens 5.18)

“Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous !” conseillait le poète Charles Baudelaire. Pour lui, peu importait le moyen utilisé : l’essentiel était de s’étourdir afin de ne pas penser à la tristesse de la vie sur la terre et de la mort qui approchait à chaque instant.
La Bible, elle, nous propose une toute autre alternative : “Ne vous enivrez pas de vin: c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit” (Éphésiens 5.18).

Pour combler le vide de notre cœur, la tristesse et la monotonie des jours, il semble y avoir deux chemins. Celui du vin (ou de tout autre plaisir éphémère) nous asservit, nous lie, ne comble jamais notre cœur. De plus, il nous rend esclaves. Sous l’emprise de l’alcool (ou d’autres dépendances), nous ne sommes plus maîtres de nous-mêmes. Une personne non chrétienne qui s’était enivrée m’a confié un jour : “J’avais tellement bu qu’on aurait pu me faire faire n’importe quoi. Je me suis fait peur !”

L’autre chemin est celui du Saint-Esprit. Au lieu de nous avilir, il nous grandit. Au lieu de nous rendre esclaves, il nous maintient en parfaite liberté. D’un Gédéon craintif, il fait un vaillant héros. Il transforme l’impétueux Pierre en messager de la Pentecôte, le cruel Saul en apôtre de la foi.

Remplis de l’Esprit, nous sommes maîtres de nous-mêmes. De plus, il nous délivre de la crainte de la mort. Nous avançons en âge avec sérénité, sachant que nous allons forcément vers le meilleur et que Jésus nous prépare une place auprès de lui !

Notre cœur vide a besoin d’être rempli. Entre la solution de Baudelaire et celle de la Bible, j’ai fait mon choix. Et vous, quel chemin allez-vous choisir ?

Ma prière de ce jour

Merci Seigneur de nous remplir de ton Saint-Esprit quand nous te le demandons. Tu nous délivres de l’esclavage du diable et de ses passions. Avec toi, nous sommes libres et nous retrouvons notre dignité. Tu nous donnes une vie qui vaut la peine d’être vécue, et nous t’en bénissons du fond du cœur !

Aline Neuhauser

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire