L’Agneau sans défense

Sommaire
L’Agneau sans défense

Bonjour Mon ami(e),

“L’agneau immolé est digne de recevoir la louange, l’honneur, la gloire et la force, aux siècles des siècles” (Apocalypse 5.13).

Voici la figure la plus emblématique de Jésus, celle de l’agneau. Dans la Bible, l’agneau est un être sans défense, voué aux sacrifices, comme nous le voyons dans l’Ancienne Alliance : deux agneaux âgés d’un an, sans défaut, devaient être offerts chaque jour en holocauste continuel, deux également le jour du sabbat, sept au commencement des mois, et pareillement lors de toutes les fêtes de l’Éternel. Pour la fête des tabernacles, quatorze agneaux étaient présentés chaque jour, pendant sept jours, et sept agneaux le huitième jour.

L’image du Sauveur sacrifié, nous est présentée comme celle d’un agneau par le prophète Ésaïe : “Il a été maltraité et opprimé, et il n’a pas ouvert sa bouche. Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie…” (Ésaïe 53.7).

Dans le Nouveau Testament, Jésus est clairement présenté, par Jean-Baptiste, comme l’agneau de Dieu : “Voici l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde” ! (Jean 1.29). Pierre l’appelle : “l’agneau sans défaut et sans tache”, dont le sang précieux nous a rachetés de notre vaine manière de vivre (1 Pierre1.19). L’apôtre Jean, dans le livre de l’Apocalypse, le voit comme un agneau immolé au milieu du trône, devant qui les vingt-quatre vieillards se prosternent (Apocalypse 5.6/14).

Cette image est très significative. En effet, la puissance et l’autorité de cet agneau, résident dans son sacrifice. Son règne n’est pas basé sur la force, la violence, mais sur l’abaissement et l’humiliation. Voilà pourquoi les myriades de myriades d’anges l’adorent (Apocalypse 5.13). Nous voulons à notre tour lui adresser cette même louange.

A l’opposé de Jésus, lequel exerce l’autorité sur la base d’un esprit de sacrifice, dans l’Apocalypse, nous voyons un être maléfique ressembler à un agneau, mais son langage est celui d’un dragon : “Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau; et qui parlait comme un dragon” (Apocalypse 13.11). Ce faux agneau symbolise le diable. Il cherche toujours à se déguiser en ange de lumière, mais ce qui le trahit c’est son langage. Son message est empreint de séduction, de crainte, de légalisme, de violence.

Jésus, l’agneau parfait, nous invite à le suivre sur le chemin de la mort à nous-mêmes, sur le chemin du renoncement, sur la voie de l’humilité, c’est sur ces sentiers que nous découvrirons la vraie puissance et que nous exercerons une saine autorité.

Ma prière en ce jour :

Seigneur, à ton exemple, je veux que mon langage colle à ce caractère doux et paisible qui est le tien. Que l’esprit de l’Agneau de Dieu remplisse mon cœur, afin que ta force et ton autorité, empreintes de ton caractère doux et paisible, soient vues en moi.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire