Les sectes et les pouvoirs publics

Sommaire
Les sectes et les pouvoirs publics

Bonjour Mon ami(e),

“De qui porte-t-il l’effigie et l’inscription ? De César lui répondirent-ils. Alors il leur dit : Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu” (Marc 12.13/17).

L’une des caractéristiques des comportements sectaires relevés par la Miviludes (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires), est la tentative d’infiltration des pouvoirs publics par les dirigeants de certaines sectes, religions, cercles philosophiques, dirigeants d’associations… Cette infiltration a pour objectif de freiner toute action qui irait à l’encontre de leurs intérêts.

Lorsque nous considérons l’attitude de Jésus vis-à-vis des pouvoirs publics de son temps, nous pourrions dire qu’il les respectait mais s’en tenait à l’écart. Jésus ne s’est jamais engagé politiquement, il n’a jamais cherché à influencer la politique d’Hérode ou de Pilate. Quand certains juifs viennent lui tendre un piège en lui demandant s’ils doivent payer l’impôt à César, il leur demande une pièce d’un denier et leur pose la question citée plus haut.

Jésus était en avance sur son temps puisqu’il préconisait la séparation du domaine de la foi (Dieu) d’avec le domaine public (César).

Lorsque les courants religieux ou philosophiques infiltrent et contrôlent le pouvoir politique, cela peut conduire à toutes sortes d’injustices. L’histoire de l’inquisition est l’une des illustrations du drame qui menace les hommes chaque fois qu’une liaison organique s’établit entre l’État et une religion. Mais nous pourrions citer d’autres faits historiques comme lorsque la philosophie athée a privé de liberté les croyants dans les pays communistes. Plus près de nous, nous pouvons observer tous les drames vécus dans les pays où le pouvoir politique veut imposer la charria.

Nous savons ce que, par le passé, les religions d’État ont produit comme drames dus à l’intolérance. Encore de nos jours, dans de nombreux pays, certains courants religieux veulent prendre le pouvoir politique et imposer ainsi leur vision du monde et de la société. Jésus n’a jamais préconisé de tels agissements, au contraire il a indiqué à ses disciples de se soumettre aux autorités.

Les apôtres ont enseigné cela également : “Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures… Rendez à tous ce qui leur est dû : l’impôt à qui vous devez l’impôt…la crainte à qui vous devez la crainte… l’honneur à qui vous devez l’honneur” (Romains 13.1/7).
“Soyez soumis, à cause du Seigneur, à toute autorité établie parmi les hommes…Craignez Dieu, honorez le roi” (1 Pierre 2.13/17).
Entreprendre des actions publiques, empreintes du respect des personnes les plus faibles et les plus exposées, c’est ce que Jésus a fait, sans chercher à infiltrer les pouvoirs publics. C’est ce que visent les chrétiens qui ont compris le message de Christ.

Un conseil pour ce jour :

Entreprenez des actions publiques, non pour infiltrer les pouvoirs publics, mais pour bénir les personnes qui en ont le plus besoin ; et faites-le en accueillant quiconque, quelles que soient ses convictions ou origines.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire