Souffrance et compassion

Sommaire
Souffrance et compassion

Bonjour Mon ami(e),

“Celui qui souffre a droit à la compassion de son ami.” (Job 6.14)

Ainsi s’exprime Job qui répond aux propos de son ami Eliphaz. Dans sa souffrance, il revendique le droit à la compassion, vertu qu’il ne trouve pas chez son ami. Pas plus qu’il ne la trouve chez Bildad ou Tsophar. D’ailleurs, il leur dira : “Vous êtes des consolateurs fâcheux” (Job 16.2), puis “Jusques à quand affligerez-vous mon âme et m’écraserez-vous de vos discours ? ” (Job 19.12).

Ainsi, les discours de ces amis qui manquent de compassion augmentent la souffrance de Job.

Parmi les indicateurs principaux permettant d’établir le classement des pays les plus “heureux”, figurent la compassion et la générosité. Le dernier rapport publié par l’ONU en mars 2018 classe la Finlande en premier devant la Norvège et le Danemark, tandis que la France arrive en 23ème position.

Qu’est-ce que la compassion ? En grec (Splaghmizonai) : “remué dans ses entrailles” (en tant que siège de l’amour). En latin (cum patior) : “Je souffre avec”. La compassion est la vertu qui consiste à percevoir ou ressentir la souffrance d’autrui, animée d’une intention d’amour. Ce n’est ni de l’apitoiement, ni du sentimentalisme.

Expression d’un amour vrai et profond à l’égard de notre prochain qui souffre et qui a juste besoin d’un soutien de type amical, se traduisant par une présence bienveillante, un geste ou un regard tendres, un simple mot de sympathie. Surtout pas de discours inutile ou moraliste !

“L’ami aime en tout temps, et dans le malheur il se montre un frère”, déclare Proverbe 17.17. Le véritable ami sait en effet manifester de la compassion quand cela est nécessaire.

A l’image du bon samaritain à l’égard du blessé du chemin, dont il est mentionné qu’il “fut ému de compassion lorsqu’il le vit. Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui” (Luc 10.33/34).

Voilà un parfait exemple de compassion. Cette compassion se traduit en actes à l’égard d’autrui, ami ou étranger. Et c’est Jésus lui-même qui présente cet agissement comme une manifestation concrète d’amour désintéressé. Jésus illustre ainsi en quoi consiste aimer son prochain comme soi-même, reliant cet amour du prochain à l’amour pour Dieu. (Luc 10.27).

Emu de compassion pour la foule, les aveugles, la veuve de Naïn, Marie sœur de Lazare ou encore Jérusalem, Jésus a toujours su répondre avec amour aux besoins de son prochain.

Une prière en ce jour:

J’implore ta grâce, Seigneur, afin que tu me donnes de la compassion pour manifester ton amour à l’égard de mon prochain qui souffre, membre de ma famille, frère ou sœur en Christ, ami ou étranger. Et qu’ainsi tu sois glorifié !

Jean-Jacques Trézères

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire