Tendre vers la perfection

Sommaire
Tendre vers la perfection

Bonjour Mon ami(e),

“C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait” (Hébreux 6.1).

Sur cette terre, la perfection absolue ne peut pas être atteinte, cependant notre responsabilité, c’est d’y tendre. Mais comment faire ?
Certains pourraient être tentés de croire que cela est possible au travers de nos efforts, de nos dévotions, de nos pratiques religieuses…or, il n’en est rien. L’Écriture dit, avec raison, que le meilleur d’entre nous est comme un buisson d’épines : “Le meilleur d’entre eux est comme une ronce, le plus droit pire qu’un buisson d’épines” (Michée 7.4). Cette déclaration biblique nous rappelle notre dramatique situation !
Personne ne pourra jamais arriver à la perfection, et encore moins y parvenir par ses propres efforts.

Le seul qui puisse nous permettre de tendre vers ce qui est parfait, c’est Jésus-Christ. En lui nous avons le modèle, mais aussi l’artisan, de cette perfection : “Ayons les regards sur Jésus, qui initie la foi et la mène à la perfection” (Hébreux 12.2).
Notez que l’auteur précise ceci : pour tendre à ce qui est parfait il faut commencer par abandonner certaines choses : “Laissant les éléments de la parole de Christ”. Tendre vers la perfection ne peut s’envisager que si nous commençons par un abandon, que si nous acceptons de lâcher prise, que si nous renonçons à vouloir y parvenir par nous-mêmes. Le progrès exige de lâcher les amarres. Il y a des choses élémentaires auxquelles il ne faut pas revenir sans cesse. Une fois qu’une vérité est acquise, il convient d’avancer, et d’aller plus loin avec Dieu. Une fois que j’ai acquis ce que Dieu a fait pour moi, il est nécessaire que je rentre dans ce que Dieu a préparé pour moi. Il y a des aspects de notre culture, de nos traditions, de nos attaches, qu’il faut lâcher pour pouvoir commencer à servir : “On raconte … comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant…” (1 Thessaloniciens 1.9).

L’auteur ajoute qu’il ne faut pas revenir sans cesse aux bases : “Sans poser de nouveau le fondement”. On ne pose pas dix fois, cent fois le fondement ! Il a été posé une fois pour toutes : “Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ” (1 Corinthiens 3.11). C’est sur cette fondation, et uniquement sur celle-là que nous pouvons tendre à la perfection. “En lui, Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui” (Éphésiens 1.4). Voir aussi : Éphésiens 1.7.

Ma prière en ce jour :

Seigneur, j’abandonne ma propre justice, et la confiance en mes efforts ; je fonde ma foi sur toi, sur ta grâce, sur tes mérites, sur ton sacrifice, sur ta mort et ta résurrection ; tu m’aides à grandir dans la perfection. Amen !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire