Traumatismes de l’enfance

Sommaire
Traumatismes de l’enfance

Bonjour Mon ami(e),

“Si quelqu’un scandalisait un de ces petits… il vaudrait mieux… qu’on le jetât au fond de la mer” (Matthieu 18.6).

Jésus n’est pas tendre avec ceux qui scandalisent les enfants ! Le dictionnaire Larousse donne la définition suivante du verbe scandaliser : “Susciter l’indignation par un comportement, un caractère, contraires à la morale”.
Il arrive que certaines personnes aient subi divers traumatismes, agressions, ou même de la maltraitance pendant leur enfance, et cela a complètement bouleversé leur âme. Ils gardent de profondes blessures consécutives à ces drames. Qu’ils aient subi, un abus de confiance, un abus physique, un abus psychologique, un abus émotionnel, un abus de pouvoir ou même un abus spirituel, les enfants peuvent en garder de douloureux souvenirs. Parfois, ces blessures se produisent dans le cadre familial, un lieu où l’enfant devrait normalement être en sécurité, ou dans des communautés fermées aux pratiques destructurantes.

Il faut aussi mentionner les blessures dues à la négligence des parents, privant l’enfant d’affection, de chaleur, de soins, de tendresse… Selon de récentes statistiques, un enfant sur quatre aurait subi l’une ou l’autre de ces formes d’abus ! Sans entrer dans le détail de chacune de ces blessures, (il existe de nombreuses revues spécialisées à ce sujet), considérons à la lumière de la Parole de Dieu, quelle est la ressource que Dieu nous offre pour guérir de ces blessures. Peut-être serez-vous surpris(e), que j’écrive ressource au singulier. N’y aurait-il qu’une seule et unique ressource ? Certes, il peut y avoir diverses aides psychologiques, mais si nous nous plaçons sur le terrain de l’expérience chrétienne, il ne peut y avoir de guérison intérieure sans une rencontre surnaturelle et personnelle avec Jésus.
Jésus dit : “Laissez venir à moi les petits enfants, car le Royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent” (Marc 10.34). Il nous rappelle que cette rencontre avec lui est le premier pas vers la guérison intérieure.

Les blessures dans l’âme d’un enfant maltraité, abusé, violenté… sont génératrices de sentiments de colère, de mépris et de repli sur soi, de culpabilité, de rejet, d’amertume, de peur… Ces blessures conduisent à l’apitoiement sur soi-même, à la dépression, à l’angoisse, à la violence, à la dévalorisation de sa propre personne ou au mépris des autres.

Un conseil pour ce jour :

Si, bien qu’étant adulte, vous traînez de telles blessures, entendez Jésus qui vous dit : “Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos” (Matthieu 11.28). Il est temps pour vous, de lui dire : “Seigneur, viens me guérir de toutes ces maltraitances, ces blessures, qui m’ont brisé(e) émotionnellement, et qui m’ont même fait douter de toi”. Amen !

 

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire