Un chrétien peut-il faire un procès ?

Sommaire
Un chrétien peut-il faire un procès ?

Bonjour Mon ami(e),

“Quelqu’un de vous, lorsqu’il a un différend avec un autre, ose-t-il plaider devant les injustes, et non devant les saints ? … Quand donc vous avez des différends … Pourquoi ne souffrez-vous pas plutôt quelque injustice ? Pourquoi ne vous laissez-vous pas plutôt dépouiller ?” (1 Corinthiens 6 :1/7).

Le chrétien évangélique est vivement encouragé à se laisser dépouiller, à supporter l’injustice. Cette attitude est rattachée au modèle que Jésus lui-même nous a laissé : “Lui qui, injurié, ne rendait point d’injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge justement” (1 Pierre 2:23).
D’une manière générale, nous pouvons dire que les chrétiens évangéliques ne sont pas procéduriers, car ils adhèrent à ces paroles de l’Écriture. Cependant il ne faudrait pas tomber dans une passivité coupable. Il est des situations où les injustices doivent être dénoncées et traitées selon la loi.

Lorsque certains responsables ou groupes évangéliques utilisent ces textes de l’Écriture pour réduire au silence les personnes victimes de quelque injustice, c’est alors qu’il y a une expression de dérive sectaire. Ainsi, par exemple, il peut se produire que des membres d’une association, victimes de certains abus ou injustices, soient culpabilisés s’ils veulent faire valoir leur droit devant la justice.
La dérive est d’autant plus marquée quand l’association, qui culpabilise ses membres au nom du respect de l’Écriture, inscrit dans ses propres statuts qu’elle peut ester ses membres devant les tribunaux s’ils ne respectent pas les décisions de l’association.

Il n’est pas interdit de défendre ses droits, lorsqu’ils ont été bafoués.
C’est ce qu’ont fait Paul et Silas : “Paul dit aux licteurs : Après nous avoir battus de verges publiquement et sans jugement, nous qui sommes Romains, ils nous ont jetés en prison, et maintenant ils nous font sortir secrètement ! Il n’en sera pas ainsi” (Actes 16 :35.40). Paul et Silas ont été accusés injustement d’être des fauteurs de trouble. Ils ont ensuite été battus et jetés en prison (Actes 16:19/24). Ils se sont laissé dépouiller et brutaliser sans rien dire. Cependant, le lendemain matin, lorsque les magistrats ont voulu les faire sortir secrètement, ils ont fait valoir leurs droits.

De nombreux croyants pensent qu’intenter des procès, ce n’est pas biblique. Ce n’est pas exact, il est des situations où l’on ne doit pas faire l’économie de faire cesser l’injustice. Certaines femmes battues, par exemple, pardonnent sans cesse leur mari violent, et ne pensent pas à faire cesser cette violence en faisant valoir leur droit et en portant plainte. Leur silence n’aidera pas ce mari à prendre conscience de son problème.
Rappelons également qu’il est obligatoire de défendre le droit des mineurs lorsqu’ils sont violentés. Ne pas faire valoir leur droit, c’est se rendre coupable de complicité avec ceux qui les violentent.

Un conseil pour ce jour :

Dans la mesure où vous pouvez faire établir vos droits, faites-le. Pour les droits d’un enfant vous devez le faire. Interdire ces droits, c’est une dérive sectaire.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire