Une Église qui bénit les ministères

Sommaire
Une Église qui bénit les ministères

Bonjour Mon ami(e),

“Il ne put faire là aucun miracle, si ce n’est qu’il imposa les mains à quelques malades et les guérit” (Marc 6:5).

Ce texte nous indique quelque chose de très fort, c’est que le puissant ministère de Jésus, était limité par l’incrédulité de son auditoire.

Ce texte nous rappelle l’interaction qui existe entre un ministère et son auditoire.

Il arrive que certaines communautés attendent que l’onction d’un ministère stimule leur foi, produise des effets dans leur vie et dans l’Église. Ce n’est pas inexact mais ce n’est qu’un aspect de la vérité.

Ces Églises oublient que leur propre état spirituel influence positivement ou négativement l’efficacité du ministère.

Donc, l’état spirituel d’une assemblée favorise ou non l’expression de l’onction des ministères qui s’exercent en son sein.

Lorsque nous considérons les lettres adressées aux sept Églises de l’apocalypse, celles-ci sont décrites en des termes qui les caractérisaient dans leur globalité. L’une est dite tiède, une autre comme étant pauvre, une autre encore comme fidèle etc. Chaque communauté de croyants, porte en elle-même des caractères spécifiques. Telle communauté peut-être considérée comme bouillante, telle autre comme froide, d’autres comme conformistes, légalistes, laxistes… Ces généralités n’excluent pas qu’il puisse y avoir au sein de ces communautés des personnes n’entrant pas dans cette description générale.

Lorsqu’un grand nombre de personnes sont spirituellement éveillées dans une communauté, l’onction est dans cette Église. Cela ne signifie pas que tout est parfait dans ces communautés, mais qu’une majorité de personnes vivent sous l’onction divine et influencent l’ensemble de l’assemblée. Plus l’onction est réelle dans l’Église, plus l’onction des ministères sera manifestée.

De nombreux prédicateurs témoignent que dans telle communauté ils ont été comme portés pour prêcher et que dans telle ou telle autre communauté ils étaient comme face à un mur. C’est que dans la première il y avait une réelle atmosphère de foi, de paix…découlant de l’onction du Saint-Esprit dans une majorité de personnes et que dans l’autre l’onction de l’Esprit était absente à cause d’une majorité de personnes vivant dans l’incrédulité, la critique…

La caractéristique globale d’une communauté dépend de la somme des caractéristiques de chaque croyant. Plus il y aura de croyants vivant selon l’Esprit, plus l’Église sera ointe. Plus il y aura de croyants tièdes, plus l’Église sera tiède. Les Églises sont, globalement, le reflet majoritaire de ce que nous sommes individuellement.

Nous sommes donc responsables, chacun pour notre part, de l’état global de notre communauté.

Ma prière en ce jour :

Que moi-même avec ma communauté, nous puissions bénir et favoriser le ministère de ceux qui te servent en notre sein. Amen !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire