Voir au-delà du visible

Sommaire
Voir au-delà du visible

Bonjour Mon ami(e),

« Élisée pria, et dit : Éternel, ouvre ses yeux pour qu’il voie. Et l’Éternel ouvrit les yeux du serviteur qui vit la montagne pleine de chevaux et de chars de feu autour d’Élisée. » (2 Rois 6.17)

Dans cette scène particulière, il y a, de toute évidence, deux tableaux à voir. Il y a ce qui est visible, l’armée Syrienne avec ses chevaux, ses chars, ses soldats qui encerclent la ville. Mais il y a aussi ce qui est invisible aux yeux naturels, et qui ne peut être vu que d’une manière surnaturelle, l’armée invisible des anges qui protègent le prophète.

Nous avons toujours le choix de regarder soit aux choses visibles ou bien aux choses invisibles. L’apôtre Paul avait fait le choix de ne pas s’attarder aux choses visibles mais de se concentrer sur les invisibles : « Nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles, car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles » (2 Corinthiens 4.18).
Il ne s’attardait pas sur la décrépitude de son corps, sur ses problèmes de vue physique, il voyait le poids éternel de gloire qui lui était réservé.

Nous sommes tous confrontés à de terribles réalités parfaitement visibles : maladies, échecs, séparations, deuils, handicaps… Ces réalités sont sous nos yeux et nous amènent à nous poser la même question que celle qu’a posée le serviteur d’Élisée : « Comment ferons-nous ? » ou « Que faire ? »
La prière que fit Élisée était toute simple, mais combien efficace : « Ouvre ses yeux pour qu’il voie ». Il est des situations où nous avons besoin de faire cette même prière: « Seigneur ouvre mes yeux pour que je vois au-delà du visible ».
Pour voir dans l’invisible il nous faut vivre un miracle. C’est ce miracle que l’apôtre Paul désirait pour les chrétiens d’Éphèse : « Qu’il illumine les yeux de votre coeur… » (Éphésiens 1.18). Le cœur a des yeux pour voir l’invisible à condition qu’il soit éclairé par la révélation divine. Lorsqu’un cœur est fermé à la lumière divine il ne peut voir l’invisible.

L’incroyant qui n’a pas été éclairé par la lumière de l’Évangile et qui perd un enfant suite à une maladie ou un accident ne voit que le vide laissé par cet enfant disparu. Le croyant, qui lui a reçu cette lumière divine, voit dans l’invisible que cet enfant est avec le Seigneur. Il peut expérimenter la consolation que cette vision lui apporte. Le croyant ou l’incroyant passent par les mêmes tribulations, mais celui qui voit dans l’invisible connaît une paix surnaturelle. Élisée était en paix car il voyait dans l’invisible la présence de Dieu.

Ma prière en ce jour :

Seigneur, la maladie est là, je vois les ravages qu’elle fait sur mon corps, mais je te prie d’ouvrir les yeux de mon cœur pour que je vois la gloire éternelle que tu me réserves. Amen !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire